Entrevue avec un programmeur-analyste

REPÈRES ta carrière (Entrevues)
10 décembre 2019
Entrevue avec un programmeur-analyste

Nous vous présentons une entrevue réalisée auprès de notre collègue Jonathan Beaulieu, programmeur-analyste au bureau de la GRICS à Rimouski. Il a discuté avec nous de son parcours et de son quotidien au travail afin de nous amener à mieux connaître cette profession.

Jonathan Beaulieu
GRICS
Programmeur-analyste
Question
Comment avez-vous choisi votre profession et quel est votre parcours de carrière?
Réponse

Tout a commencé au secondaire où j’avais un intérêt marqué pour les ordinateurs. Je m’inscrivais à toutes sortes de cours optionnels qui étaient liés à l’informatique tels que le traitement de texte, la programmation, bref tout ce qui me permettait d’utiliser un clavier! J’ai terminé mon DES en 2000. À cette époque, on entendait beaucoup parler du fameux bogue de l’an 2000, ce qui m’a amené à m’intéresser encore davantage à l’informatique. De plus, parce que j’étais bon en mathématiques et que je me débrouillais bien avec les ordinateurs, on m’encourageait fortement à aller étudier dans ce domaine. J’ai donc fait une technique en informatique au Cégep de Rivière-du-Loup, ce qui m’a amené à faire des stages à Montréal à la GRICS. Cette compagnie pour laquelle je travaille depuis se spécialise dans les solutions informatiques s’adressant au monde de l’éducation. Après 12 années au bureau de la GRICS à Montréal, je suis revenu dans ma région natale. Je travaille maintenant au bureau de Rimouski.

Question
À quoi ressemble une journée type de travail?
Réponse

À la GRICS, nous travaillons selon l’approche agile « Scrum », une façon de faire courante dans le domaine de l’informatique qui fait en sorte que les projets sont organisés en cycles de développement et en divers objectifs à réaliser afin d’atteindre petit à petit le résultat final. Mes journées de travail débutent habituellement par la « mêlée » quotidienne. Il s'agit d'une rencontre de 15 à 30 minutes avec mes collègues où nous discutons de ce que nous avons réalisé comme travail la veille, de ce que nous comptons accomplir dans la journée et des problèmes que nous rencontrons. Nous avons ainsi la possibilité d’échanger avec les membres de l’équipe sur les différentes problématiques et de trouver ensemble des solutions. Je poursuis ma journée en effectuant différentes tâches comprenant de l’analyse, de la programmation et des tests. Je participe également à diverses rencontres avec mes collègues, mais aussi avec des personnes provenant d’autres équipes à la GRICS à Montréal. Pour ces réunions, nous utilisons souvent des outils de vidéoconférence. La distance n’est donc pas un obstacle à la collaboration. Les éléments que nous avons à programmer sont découpés en différentes tâches que nous appelons « Récits ». En équipe, nous nous partageons les récits à réaliser. Mes tâches sont donc variées et le travail d’équipe est très fréquent. Nous travaillons tous à la réalisation d’un projet commun, ce qui est très motivant.

Question
Qu’est-ce que vous aimez le plus et le moins dans votre travail?
Réponse

Étant donné que je suis une personne d’équipe, l’élément que je préfère le plus de mon travail, c'est mon rôle de “Scrum-Master”! J’aime comparer ce titre à celui de capitaine d’une équipe de hockey. Je dois m’assurer que l’équipe respecte les méthodes de travail, s’améliore constamment et demeure motivée. J’aime beaucoup les tâches de programmation. Je les préfère de loin à celles d’analyse. J’apprécie également la variété de mes tâches ainsi que le travail de collaboration avec mes collègues et avec les gens des autres équipes. Parmi les éléments que j’aime moins, il y a les tâches liées aux tests qui consistent à parcourir une application et à tenter de trouver les problèmes. J’apprécie également moins les tâches que nous devons effectuer sous pression. C'est le cas, par exemple, lorsqu’une application cesse de fonctionner correctement et que nous devons tout mettre de côté pour trouver le problème et apporter les correctifs très rapidement. 

Question
Qu’est-ce qui est méconnu de votre profession?
Réponse

Lorsqu’on parle de programmation, les gens ont souvent en tête l’image du « Geek » qui passe ses journées à programmer seul dans son sous-sol et qui ne se sépare jamais de son ordinateur. Bien que ce stéréotype soit très souvent véhiculé, les gens qui font de la programmation ne sont pas nécessairement comme ça. On ne passe pas notre vie devant un ordinateur, on socialise, on fait du sport, etc.! De plus, on travaille très souvent en équipe, donc rarement seul. Par exemple, dans une journée de travail normale, je passe environ le tiers de ma journée et parfois plus en communication avec d’autres personnes. Un autre aspect qui est méconnu, c'est qu’il faut sans cesse se perfectionner. À l’école, on apprend la base, mais, par la suite, on doit toujours se mettre à niveau sur le marché du travail en apprenant, par exemple, de nouveaux langages de programmation ou en approfondissant notre connaissance de ceux déjà utilisés. L’informatique évolue très rapidement, il faut alors constamment se tenir à jour. 

Question
Qu’est-ce que vous diriez à une personne qui désire faire ce choix de carrière?
Réponse

Je dirais à cette personne qu’elle doit aimer apprendre, car elle devra se perfectionner tout au long de sa carrière. Elle doit aussi posséder un esprit logique et une forte capacité d’analyse afin d’effectuer la programmation et de trouver des solutions aux problématiques rencontrées. L’autonomie et la débrouillardise sont aussi des qualités importantes à posséder pour résoudre les problèmes. Il est également nécessaire de se débrouiller en anglais, sans qu’il soit toutefois obligatoire d’être parfaitement bilingue. L’anglais est régulièrement utilisé dans la programmation et dans la documentation. Finalement, aimer le travail d’équipe est essentiel pour travailler dans la majorité des entreprises de ce domaine.

Entrevue réalisée par Julie Gauvin, c.o.