Entrevue avec une architecte

REPÈRES ta carrière (Entrevues)
26 avril 2022
Entrevue avec une architecte

Dans tout projet de construction, l'architecture est une des composantes essentielles à prendre en compte. En tant qu'architecte, Élodie Jean-Baptiste Lalanne maîtrise l'art de concevoir des plans d'aménagement qui répondent aux normes de la construction et qui s'intègrent harmonieusement à leur environnement. Elle nous entretient au sujet de cette profession qui touche autant le domaine artistique que celui des sciences.

Élodie Jean-Baptiste Lalanne
Architecte
A&W Food Services of Canada Inc.
Question
Comment avez-vous choisi votre profession et quel a été votre parcours?
Réponse

J’ai vécu diverses phases lors de mon choix de carrière. À un moment, je voulais devenir journaliste, alors qu’à un autre, je voulais plutôt opter pour le design de mode. J’ai même considéré la possibilité de devenir biochimiste! Pendant que je m’interrogeais sur ce que j’allais finalement choisir, une chose demeurait stable : mon amour pour l’architecture. J’ai toujours été attirée par les anciens bâtiments. Leur histoire, qui est parfois riche de centaines d’années, m’a toujours émerveillée. Qu’ils soient toujours debout ou bien tombés en ruines, ils provoquent en moi une telle fascination que, lorsque j’ai fait ma demande d’admission au cégep, j’ai failli la faire en technologie de l’architecture. Cependant, je me suis orientée vers les sciences humaines et ce n’est qu’à l’université que je me suis inscrite en architecture. J’ai obtenu un baccalauréat ainsi qu’une maîtrise, que j’ai terminée en 2012. J’ai travaillé ensuite comme stagiaire en architecture pendant cinq ans et je suis officiellement devenue membre de l’Ordre des architectes du Québec (OAQ) en 2017. Par la suite, j’ai acquis de l’expérience dans divers bureaux privés d’architecture et, en ce moment, je travaille pour A&W Food Services of Canada Inc. Au départ, j’ai eu l’occasion d’aller au siège social, à Vancouver, et, depuis le début de la pandémie, je suis revenue au Québec, où je participe à l’aménagement des nouveaux restaurants de la chaîne dans la province.

Question
À quoi ressemble le travail d’un architecte?
Réponse

Un projet débute généralement par une estimation des coûts de construction et des honoraires professionnels pour confirmer que la totalité des frais correspond bien au budget du client. Ensuite, la production du dessin peut commencer. Comme cette étape prend généralement un certain temps avant d’être finalisée, son élaboration peut s’étendre sur quelques mois pendant lesquels l’architecte devra se référer régulièrement au Code de construction du Québec pour s’assurer que le dessin en cours est conforme aux normes qui y sont répertoriées. De plus, il consultera périodiquement les ingénieurs affectés au projet et, selon l’information qu’il recevra de leur part, il ajustera son plan afin qu’il réponde également aux règles de l’ingénierie. Pour ce faire, il devra peut-être déplacer un mur ou encore des équipements identifiés à un endroit précis sur le plan. Quand tout est bien établi de part et d’autre, la construction peut débuter. L’architecte travaille en étroite collaboration avec les ingénieurs, les entrepreneurs ainsi que les clients et il est responsable de coordonner tous les intervenants afin de mener à bien chaque projet. Il doit également gérer les échéanciers et faire toutes les demandes requises pour obtenir les permis qui sont délivrés par la Ville, là où se déroule le chantier.  

Le quotidien est très varié, car plusieurs projets sont en processus en même temps. Il est donc possible de passer une journée à faire des dessins, alors que le lendemain, il se rendra plutôt sur un chantier pour vérifier l’avancement des travaux relatifs à un autre dossier ou bien il rencontrera des clients au sujet de divers contrats. Lors des visites de chantier, il est assez fréquent de constater, par exemple, qu’un élément présent sur le plan n’est malheureusement pas transposable en réalité. C’est le cas notamment lorsque des bâtiments sont en rénovation. Vu qu’il y a des conditions existantes avec lesquelles composer, il peut arriver qu’un changement soit nécessaire et il faudra alors trouver une solution pendant que le chantier se déroule. Pour toute modification requise à un dessin, l’architecte doit détailler par écrit la nature du changement, vérifier auprès de l’entrepreneur s’il y a des coûts additionnels à considérer et transmettre l’information au client pour recevoir son accord avant que l’entrepreneur puisse procéder sur le terrain. Finalement, il pourra produire un certificat confirmant la fin des travaux après une dernière visite sur le chantier, où il s’assurera qu’ils ont été complétés adéquatement.  

En tant que coordonnatrice de projets en architecture à A&W Food Services of Canada Inc., mon travail est quelque peu différent, car j’interviens davantage en amont des projets. Je vérifie leur faisabilité en m’assurant que tous les critères sont rassemblés pour établir un restaurant sur un site donné et j’aide à faire les plans d’aménagement des lieux. Vu que c’est une chaîne de restauration, tout est assez standardisé d’un établissement à l’autre, mais il arrive parfois que nous devions nous adapter pour des cas particuliers. Mon rôle est, entre autres choses, de placer sur le plan tous les éléments qui doivent se retrouver dans le restaurant. Je fais certains calculs pour évaluer, par exemple, combien de personnes peuvent se trouver dans un certain espace afin de planifier le nombre de toilettes requis. Je dois également me préoccuper de l’aspect extérieur et m’assurer, par exemple, que l’enseigne commerciale que nous désirons installer pour identifier le restaurant est permise par les règlements de la municipalité qui va l’accueillir. Je vais ensuite transmettre mon travail à un bureau d’architecture, où des dessins seront préparés pour les demandes de permis et la construction en fonction de l’aménagement que j’ai réalisé. Les architectes avec qui je collabore vérifient alors certains éléments pour s’assurer que tout est conforme au Code de construction du Québec et, par la suite, signent et scellent les dessins afin de les rendre officiels.

Question
Qu’est-ce que vous aimez le plus et le moins dans votre travail?
Réponse

L’architecture, c’est concret. Puisque le résultat de chaque projet est visible pendant un certain temps, il y a quelque chose de tangible dans ce que nous accomplissons. Ce que je trouve vraiment intéressant, c’est de pouvoir marcher devant un édifice, par exemple, et me dire que si sa façade est comme elle est aujourd’hui c’est parce que je l’ai imaginé ainsi. C’est très satisfaisant de voir un projet évoluer jusqu’au produit final. J’éprouve également une grande fierté lorsque je trouve des solutions aux problèmes qui peuvent survenir à tout moment tout en réussissant à satisfaire le client. Comme le rôle de l’architecte est comparable à celui d’un chef d’orchestre, il y a beaucoup de pression à gérer au quotidien, car les gens se réfèrent à lui chaque fois qu’un problème se présente. Au début de ma carrière, c’était un stress d’avoir cette charge sur mes épaules et de gérer les appels des entrepreneurs. Alors que mes journées étaient terminées, j’avais de la difficulté à ne pas penser aux projets et j’apprends désormais à séparer le travail de ma vie privée. Je fais mon possible pour régler les problèmes dans le délai qui est prescrit et, avec le temps, je me suis rendu compte qu’il ne faut pas hésiter à poser des questions à des collègues d’expérience pour obtenir de l’aide.

Question
Quels sont les aspects méconnus de votre profession?
Réponse

Les gens croient souvent qu’il faut savoir dessiner à la main, mais ce n’est pas vraiment un critère pour l’emploi, car tout est informatisé. Nous utilisons divers logiciels pour faire les plans d’aménagement à l’ordinateur. Selon moi, ce qui est vraiment essentiel, c’est plutôt de comprendre les principes du dessin en tant que tel. Savoir lire les plans est ce qui importe, mais cela peut s’apprendre au fur et à mesure de notre cheminement. De plus, il n’y a pas toujours de designers d’intérieur qui travaillent sur les projets, car cela dépend de la structure de chaque bureau. Lorsqu’il n’y en a pas, l’architecte sera responsable du design en soi en plus de ses tâches habituelles. Il devra sélectionner certains éléments en ce qui a trait aux matériaux de finition, tels que la céramique, les couleurs ou encore le type d’armoires et de moulures. Il peut même faire le design du mobilier!  

Question
Qu’est-ce que vous diriez à une personne qui désire faire ce choix de carrière?
Réponse

Cette profession demande un grand esprit d’équipe et une bonne gestion du stress. De plus, il est essentiel d’être capable de faire valoir son point de vue tout en s’exprimant respectueusement. En effet, si un entrepreneur est en désaccord avec un élément à réaliser, par exemple, il sera primordial de lui expliquer ce que nous voulons et ce que nous attendons de lui afin de faire respecter le plan établi. Ce dernier est un contrat en soi avec le client et nous ne pouvons pas nous permettre d’en déroger. Par exemple, si une dalle de béton a été coulée et qu’elle n’est pas conforme à ce qui se retrouve sur le plan, l’entrepreneur devra alors la casser et recommencer le travail. Lorsque nous débutons dans nos fonctions, cela peut être intimidant d’avoir à faire face à ce genre de situation, car les gens avec qui nous sommes appelés à collaborer sont souvent plus âgés et ont, par le fait même, plus d’expérience. L’architecte doit alors leur démontrer qu’il a la responsabilité du projet et que, par le fait même, il a l’autorité absolue sur tout ce qui le touche de près ou de loin. Même si cela peut parfois être difficile, nous pouvons toujours compter sur notre employeur et nos collègues pour nous épauler. C’est un milieu où il y a beaucoup d’entraide et une grande collaboration.  

Entrevue réalisée par Pascale-Andrée Boivin